Brian Birmingham quitte Blizzard pour protester contre l'évaluation des employés

Y a de l'ambiance
JudgeHype | 24/01/2023 à 15h01 - 20

Brian Birmingham, un des responsables de l'équipe WoW Classic, vient de quitter Blizzard après seize années passées au sein de la société. Son départ est liée à un désaccord avec le système d'évaluation des employés du studio. Attention, ça balance.

Tout a démarré avec un article de Bloomberg. On y apprend qu'en 2021, Activision Blizzard a déployé un nouveau système d'évaluation des employés chez Blizzard. Dans ce dernier, les employés sont classés selon une courbe en cloche et les responsables sont dans l'obligation donner des notes basses à approximativement 5% des membres de leur équipe, ce qui peut engendrer une réduction de leur bonus et les empêcher d'accéder à certaines promotions.

Bloomberg a ainsi mis la main sur un courrier de Brian Birmingham dans lequel il explique sa frustration envers le système d'évaluation actuel. 

Lorsque les chefs d'équipe ont demandé pourquoi nous devions faire cela, les directeurs de World of Warcraft ont expliqué que, même s'ils n'étaient pas d'accord, les raisons invoquées par la direction étaient qu'il était important de presser les moins performants pour s'assurer que tout le monde continue à progresser.

Ce genre de politique encourage la compétition entre les employés, le sabotage du travail des uns et des autres, le désir des gens de trouver des équipes peu performantes dans lesquelles ils peuvent être le travailleur le plus performant, et finalement érode la confiance et détruit la créativité."

Birmingham a écrit qu'il refusait de travailler chez Blizzard tant que l'entreprise ne supprimerait pas cette politique de classement. "Si cette politique peut être inversée, peut-être que mon Blizzard peut encore être sauvé, et si c'est le cas, j'aimerais continuer à y travailler. Si cette politique ne peut pas être inversée, alors le Blizzard Entertainment pour lequel je veux travailler n'existe plus et je devrai trouver un autre endroit où travailler.

Ce qui devait arriver arriva et Brian a décidé de quitter définitivement Blizzard. Il était en effet peu probable qu'Activision Blizzard bouge le petit doigt, du moins pas tant que la situation est gérable et que les leads ne partent pas en groupe.

Le système d'évaluation utilisé chez Blizzard depuis deux ans n'est pas nouveau dans les grandes sociétés. Il date des années 80 et même s'il perd progressivement en popularité, il reste d'actualité chez certaines grosses sociétés comme Amazon. On notera, pour l'anecdote, que Microsoft a délaissé ce système il y a près de 10 ans...

Il semble que Blizzard ait demandé à Brian Birmingham de ne pas ébruiter l'affaire, mais ce dernier a refusé. Il s'est d'ailleurs fendu de longs tweets pour expliquer sa position et je vous propose de les retrouver en français ci-dessous.

On me dit que la politique de classement forcé est une directive qui vient du niveau ABK, AU-DESSUS de Mike Ybarra.  Je n'en suis pas sûr, mais je soupçonne que c'est vrai.  Tous les employés de Blizzard à qui j'ai parlé de ce sujet, y compris mes supérieurs directs, se sont dits déçus par cette politique.

Pour ceux qui ne le savent pas, "ABK" est la société mère formée lorsqu'Activision Publishing a exprimé son intérêt pour le rachat de World of Warcraft à Vivendi en 2008.  La valeur marchande de Blizzard était suffisante pour qu'Activision Publishing ne puisse PAS l'acheter directement...

Au lieu de cela, ils se sont arrangés pour former une nouvelle société appelée "Activision Blizzard" qui posséderait Activision Publishing et la division jeux de Vivendi, y compris Blizzard Entertainment.  Vivendi détenait >50% des actions d'Activision Blizzard à l'époque.

En créant "Activision Blizzard", ils avaient besoin d'un dirigeant, et Bobby Kotick d'Activision Publishing a été choisi comme nouveau PDG d'Activision Blizzard.  Mike Morhaime, encore président de Blizzard à l'époque, rendait compte à l'équipe de Bobby Kotick à "Activision Blizzard".

Bobby et un groupe d'investisseurs ont organisé une "prise de contrôle hostile", c'est-à-dire qu'ils ont racheté plus de 50% des actions d'Activision Blizzard (Il n'y a pas de violence réelle dans une "prise de contrôle hostile", malgré le nom).  J'ai oublié en quelle année cela s'est produit, mais le contrôle s'en est trouvé renforcé.

Activision Blizzard a ensuite acquis "King", devenant "Activision Blizzard King", ou "ABK".  ABK était alors une société mère de 3 sociétés différentes qu'ils possédaient : 

  • Activision Publishing
  • Blizzard Entertainment
  • King

Si je me souviens bien, la première année où on nous a demandé d'atteindre un quota spécifique de notes "Developing" était dans les évaluations de 2020, à l'hiver 2020/2021.  C'était aussi la première année où ils ont essayé d'unifier les systèmes d'examen/évaluation dans les trois unités opérationnelles.

Activision, Blizzard et King avaient tous des processus d'évaluation *similaires* à ce moment-là, et ABK voulait les unifier en un seul.  On peut supposer que c'est ce qui a motivé l'imposition d'une note de 5% pour le "développement", afin qu'elle soit la même dans les 3 studios.  Je ne défends pas cette idée, je ne fais que l'expliquer.

Chez Blizzard, nous avons repoussé les limites de la politique de quotas de développement en 2021, et je pensais vraiment que nous avions inversé cette politique.  Lorsque le procès pour harcèlement sexuel a été révélé plus tard cette année-là, nous avons vu un certain changement suite à cela aussi, et nous avons eu l'impression que nous pouvions avoir un impact sur les politiques d'ABK.

Le fait de réaliser qu'il y a toujours un quota minimum pour "Développer", malgré nos objections et nos lettres sévères me pousse à croire que je fonctionnais sous une illusion.  J'espère que la culture positive de Blizzard pourra surmonter le poison d'ABK, mais elle n'y parvient pas encore.

Donc, après avoir expliqué tout cela, je n'ai aucune rancune envers mes anciens collègues de Blizzard Entertainment.  Le Blizzard que j'ai connu et pour lequel j'ai toujours voulu travailler est en train d'être déchiré par les dirigeants d'ABK, et cela me rend triste. Je respecte vraiment les développeurs avec lesquels j'ai travaillé chez Blizzard.

Je continuerai à jouer aux jeux Blizzard ; les développeurs de Blizzard sont toujours aussi extraordinaires. Dragonflight et Wrath of the Lich King Classic sont des perles.  Le vol à dos de dragon est incroyable dans Dragonflight, tout comme le raid Ulduar, et les nouveaux donjons de runes des Titans dans Wrath of the Lich King.

Mais ABK est une société mère problématique.  Ils nous ont mis sous pression pour livrer les deux extensions de manière anticipée.  Il est profondément injuste de suivre cela en privant les employés qui y ont travaillé de leur juste part de profit.  L'équipe d'ABK devrait avoir honte d'elle-même.

Je dois souligner que ce qui précède est *mon meilleur souvenir* des événements.  Il couvre de nombreuses années, et la mémoire humaine est notoirement imparfaite.  Je pense que les grandes lignes sont exactes :

  • Le quota "en développement" est toxique.
  • C'est une politique d'ABK
  • Il est imposé à Blizzard.

Je ne peux pas vous dire si vous devez boycotter les jeux Blizzard ou non.  La meilleure façon d'exprimer votre mécontentement vous appartient.  Comme je l'ai dit plus haut : Je ne boycotterai pas.  Mais je ne peux pas participer à une politique qui permet à ABK de voler l'argent d'employés méritants, et on ne peut pas non plus me faire mentir à ce sujet.

Et pour conclure, je tiens à préciser à nouveau que j'ai été surpris de voir l'article de Bloomberg ci-dessous.

Je ne leur ai PAS fourni l'email qu'ils citent, mais je crois que les citations sont exactes.  Ils ne m'ont ni parlé ni contacté de quelque manière que ce soit.

Tags : WoW Classic Activision Blizzard
20 commentaires - [Poster un commentaire]


Chargement des commentaires...

Poster un commentaire

Vous devez vous identifier pour poster un commentaire.
Nombre de visites sur l'accueil depuis la création du site World of Warcraft Classic : 3.431.705 visites.
© Copyright 1998-2023 JudgeHype SPRL. Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur. Politique de confidentialité.